• Facebook - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle

© 2016 par Opéra de bouche à oreille

LA TRAVIATA

Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi - Livret de Francesco Maria Piave

Anduze, Lasalle, Saint-Hippolyte du Fort,

Bréau et Salagosse, Valleraugue (Gard)

du 17 au 23 août 2016

Espace Paris Plaine (Paris 15e)

du 23 au 25 septembre 2016

Château de Courson (91)

1er octobre 2016

La Scène, Limours (91)

15 octobre 2016

Théâtre du Château d'Eu (76)

8 octobre 2017

Mise en scène : Jean-Gustave FRANÇOIS

 

Direction musicale et piano : Julie PERRUCHE

REPRISE

 

La Forge Hermann, Noisy le Sec (93) (accès)

16 novembre 2019, 20 heures

17 novembre 2019, 17 heures

Participation libre

Information 07 83 22 67 36

Théâtre de l'Ane Vert, Fontainebleau (77)

30 novembre 2019, 20 heures 30

1er décembre 2019, 17 heures

Information / Réservation ici

Nouvelle distribution

Isabelle Laemmel (Violetta Valéry) (le 16 et le 30 novembre)

Lucie Emeraude (Violetta Valéry) (le 17 novembre et le 1er décembre)

Cyril Verhuslt (Alfredo Germont)

Pierre-André Cabanes (Giorgio Germont)

Thierry Bonneil-Mas (récitant)

C'est au retour d’un séjour à Paris, en 1852, au cours duquel il a vu la pièce de théâtre d’Alexandre Dumas, 'La dame aux camélias', que Verdi va faire de cette histoire le sujet de son nouvel opéra. L'héroïne d'Alexandre Dumas, Marguerite Gauthier, va renaître pour l’opéra sous le nom de Violetta Valéry. La fable retrace le parcours de Violetta, demi-mondaine, qui va échapper à sa vie de dévoyée grâce à l’amour profond d'Alfredo Germont. Ils partagent alors un amour pur, sincère et désintéressé. A la demande du père d’Alfredo, Giorgio Germont, bourgeois très attaché à ses principes, Violetta accepte de renoncer à l’amour d’Alfredo pour sauver l’honneur de sa famille. C’est à ce prix que Violetta obtient une première reconnaissance, celle d'un père digne de ce nom. En acceptant de mettre fin définitivement à sa passion amoureuse pour Alfredo au prix d'une rupture violente et assassine, Violetta se met à espérer alors une deuxième reconnaissance, celle d’une société dirigeante et bien pensante, celle de la bourgeoisie. Décision d’autant plus essentielle qu’elle se sait condamnée par la tuberculose. Elle offre son sacrifice contre le rachat de sa dignité et de son âme. Martyrisée par la douleur morale et physique, Violetta sera précipitée vers une mort affreuse mais rédemptrice et prendra dans le cœur du public une place d’héroïne mythologique.

 

Je me suis attaché à traduire, par ma vision du personnage de Violetta, l’importance dans notre société moderne de la reconnaissance, du prix parfois trop élevé pour la conquérir et de la prise en compte de l’autre. Ma mise en scène s’est donc recentrée sur l’essentiel : la trajectoire fulgurante de Violetta, celle d’une femme qui, par amour, fait fi de toute forme d’aliénation et va choisir de mourir plutôt que de renoncer à son rêve de jeune fille. 'A me fanciulla, un candido et trepido desire, quest’effigio dolcissimo signo dell’avvenire...' ('Enfant, un frémissant et candide désir me peignait ce très doux seigneur de l’avenir...') (Violetta : extrait du premier air du premier acte).

Jean-Gustave François, Metteur en scène

Ils en ont parlé...

Un spectacle saisissant qui initie le spectateur à une intimité renouvelée avec les archétypes de Traviata servis ici par des voix splendides.

Claude Delangle, professeur au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

Soirée roborative. Un opéra que je redécouvrais. Un cadeau de liberté et d’invention. Mais aussi un cadeau de musique.


Gabrielle Althen, écrivain,

professeur émérite de l’Université

de Paris-Ouest-La Défense

La démarche de la compagnie 'Opéra de bouche à oreille' d'aller à la rencontre d'un public qui ne connait ni ne fréquente l'opéra est réussie. De tels projets sont rares, il faut en parler et les soutenir.

Isabelle Favier, Directeur produits FNAC